Aller au contenu principal

La consommation responsable nous engage tous et nécessite une vraie coordination pour que nos actions quotidiennes en faveur de l’environnement et pour la réduction des déchets soient le plus efficace possible. Le Syvedac s’engage par ses initiatives pour plus de consommation responsable et pour une meilleure gestion des déchets.

Consommer responsable : une ambition sans limite

Consommer responsable, c’est adapter ses modes de consommation aux critères du développement durable : dans le respect de l’environnement, de l’économie locale et de la société toute entière. La consommation responsable se distingue de la consommation durable (que l’on peut résumer par l’axiome : « Mieux acheter, mieux consommer, mieux jeter ») en ce qu’elle ajoute la dimension sociale, éthique et économique à l’aspect purement écologique (respect de l’environnement). En cela, consommer responsable peut s’envisager comme un projet de vie global dans lequel on peut sans cesse progresser, et répondant à de nombreux critères, sans qu’il soit possible d’en dresser une liste exhaustive... 

> Petit mémo sur les labels de la consommation responsable

 

Quels critères retenir ? 

Lutte contre les inégalités économiques et géographiques, actions contre la pollution atmosphérique, défense des océans, de la biodiversité, du bien-être animal, préservation des écosystèmes fragilisés par l’action humaine, défense d’une alimentation plus saine, plus locale, moins carnée, etc : autant de critères qui peuvent entrer en jeu dans une stratégie de consommation responsable, sans qu’il soit toujours possible de les faire cohabiter harmonieusement. 

 

Dans une démarche globale de consommation responsable, on peut cependant orienter sa stratégie sur 4 points essentiels : 

  • Une approche vertueuse en matière de gaspillage : alimentaire, vestimentaire, énergétique, etc. 
  • Une approche réfléchie en matière de gestion des déchets (tri sélectif), des encombrants (filières de récupération dédiées), des objets atteints d’obsolescence (circuits de réparation, de seconde main)
  • La dimension écologique des produits achetés : labels bio, circuits courts, qualité nutritionnelle des produits alimentaires, emballages recyclables
  • La dimension éthique et sociale : provenance des produits, inocuité sur le plan environnemental, impact sur la planète (notamment en termes de km parcourus), sur le bien-être animal, sur l’économie ayant fabriqué le produit.

 

On ne naît pas consommateur responsable, on le devient 

Parce que notre éducation, notre culture, notre histoire, nos goûts, notre personnalité, notre environnement physique et géographique sont autant de critères qui nous définissent en tant que consommateur ; 

Parce que nous vivons dans une « société de consommation » qui nous délivre chaque jour quantité de messages publicitaires nous incitant sans cesse à consommer davantage ;

Parce que le contexte climatique, économique, démographique, environnemental, social, politique d’aujourd’hui est très différent de celui d’hier ;

Nous ne naissons pas consommateur responsable.

 

C’est donc à partir d’une prise de conscience individuelle que cette « conversion » vers un comportement plus équitable et plus respectueux de l’environnement devient possible. Il appartient ainsi à chacun de tracer son propre chemin sur la voie d’une forme de sagesse en matière de consommation, en s’informant auprès des instances de référence, des associations et de toutes les sources d’information disponibles (et nombreuses) en la matière. Une prise de conscience qui passe aussi par la connaissance de certaines données chiffrées, comme celui du volume d’eau nécessaire à la production d’un jean (entre 7 et 10 tonnes) ou d’un kilo de viande de bœuf (entre 12 et 15 tonnes).

Les actions du SYVEDAC en faveur de la consommation responsable

Dispositif « Stop Pub »

Sensibilisation scolaire

Eco-exemplarité des administrations

Valise Zéro déchet

Kit d’organisation d’événements responsables